Des flics en carton...

Publié le par Montpell'

 

Tibo---Photos-0108.JPG

La maladie s'installe toujours dans un corps sain. Les cellules, unité d'un tout, sont insidieusement gangrenées. C'est l'apparition des premiers signes de faiblesse qui dévoile la noirceur du dessein. Le diagnostique des experts, girouettes à retardement du trouble, tombe : l'ablation comme seule solution. Sinon, à l'instar de la gangrène, le mal risque de se répandre et de provoquer.... la mort!

 

 

Je ne vous parle pas d'un nouveau virus ou    d'une forme de  cancer particulièrement  virulent mais de la crise économique et financière qui secoue le monde financier depuis plusieurs années.

 

En France, le gouvernement affiche une volonté de papier d'imposer la rigueur. Joli mot que celui-ci. Le gestionnaire est évidemment rigoureux. Preuve que nos politiques ne l'ont que trop rarement été mais l'on toujours réclamé de la part de leurs administrés. Partout en Europe, les dirigeants, frappés d'une brusque envie de se refaire une moralité basée sur la réduction des déficits, cherchent des idées pour faire des économies. Mais toutes les idées ne sont pas forcément lumineuses. En République Tchèque par exemple, le gouvernement a voulu limiter les frais de police.

Du coup, un « expert » dans un bureau à Prague a décidé qu'à la place des policiers qui assurent les missions de bonne circulation sur la voie publique, seraient dorénavant posés des panneaux, avec la photo d'un flic grandeur nature pour faire peur aux automobilistes et dissuader sans plomber le budget de l'état.

 

Depuis que des photos d'agents ornent le bord des routes, le nombre d'accidents a quasi doublé aux endroits concernés. 

 

Il faut dire que ce doit être surprenant de tomber sur un faux flic en contreplaqué, faux sifflet et carnet de PV à la main, au milieu d'un virage en ville...

 

Thibaud Delavigne

Commenter cet article